Qu’est-ce que le growth hacking ?

En matière de réseaux sociaux, on entend parfois le terme de « growth hacking« , souvent employé dans le sens de « buzz » sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas tout à fait exact. Faisons ensemble le point sur cette notion de marketing !

Définition du growth hacking

whiteboard-graph-600x400Voici ce qu’en dit Wikipedia :

Le terme Growth hacking veut littéralement dire « pirater la croissance ».

La définition simple de ce terme serait : Ensemble de techniques de marketing permettant d’accélérer rapidement et significativement la croissance (=growth) d’une start-up.

Concept importé des États-Unis, le mot apparaît en 2010, son créateur est Sean Ellis, le fondateur de growthhackers.com. Le growth hacker tente […] par tous les moyens, en mettant en place des expériences, de trouver la ou les pistes qui permettent de faire grossir sa start-up (puis les automatise/les systématise).

Le growth hacking n’est pas tout à fait un synonyme de buzz

Je dirais plutôt, en l’espèce, que le buzz (= bouche-à-oreille virtuel) est plutôt une conséquence du growth hacking.

Le growth hacking consiste en effet à identifier et à amplifier, par tous les moyens, y compris les plus inhabituels, ce qui pourrait contribuer au développement très rapide d’une base d’utilisateurs. Le buzz en est souvent la résultante : en cherchant détecter les utilisateurs satisfaits, comme les meilleurs usages et bonnes pratiques autour de son produit ou service, le growth hacker développe une communauté d’ambassadeurs qui vont parler du produit / service et donc créer du buzz.

Un exemple concret : Spotify

En 2011, pour arriver à développer rapidement le nombre d’utilisateurs de son service d’écoute de musique en streaming, cette start-up suédoise a mis en place un dispositif permettant de partager automatiquement la musique écoutée sur Facebook. Grâce à ce dispositif, tous les contacts Facebook des personnes qui utilisaient Spotify ont ainsi pu découvrir Spotify, ce qui a immédiatement contribué à sa notoriété et à son développement.

I Was On Google+Autre exemple : Google+

Dans le même ordre d’idée, lors du lancement de son réseau social Google+, Google a choisi de réserver, pendant quelques mois, l’accès à un cercle d’utilisateurs très restreint.

Chaque utilisateur choisi par Google+ s’est vu attribuer un très petit nombre d’invitations, qu’il pouvait offrir à ses contacts.

Le côté exclusif de l’accès à Google+, pendant les 6 premiers mois, a par la suite largement contribué au succès de son lancement grand public.

Le growth hacking, est-ce pour votre entreprise ?

Si la plupart des entreprises sont favorables à l’idée d’associer viralité et petit budget, à mon avis, le growth hacking n’est pas nécessairement adapté à tous.

En effet, growth hacker implique généralement une certaine prise de risque et beaucoup d’agilité : c’est la raison pour laquelle le growth hacking est à mon sens une technique plus favorable aux start-ups.

Mais rien ne vous empêche de créer, au sein de votre structure, de petites cellules capables de trouver de nouvelles idées et de tenter l’expérience !

Cet article vous a été utile ?

Alors n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux pour le faire connaître à vos contacts !

Vous pouvez également relire ici les articles de ce blog classés dans la catégorie « Lexique réseaux sociaux »

Enfin, cliquez ici pour vous abonner gratuitement aux articles de ce blog et ainsi rester informés des nouveautés !

Vous aimez ? Partagez !

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

facebook comments:

Laissez une réponse

Tags

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies permettant de réaliser des statistiques de visites et d'offrir une interaction avec les réseaux sociaux.

Fermer
Pinterest
Email
Print